A la découverte de la mare

Dans leur projet sur l’eau, les CE2 CM1 ont passé une journée à la MER (Maison de l’Eau et de la Rivière) pour étudier de près, parfois de très près, les habitants de la mare.

Leurs textes témoignent de cette journée, où équipés de bottes en caoutchouc, les enfants ont pris beaucoup de plaisir à rencontrer les petites bêtes de la mare, mais aussi à découvrir en s’amusant bien d’autres choses…

Nos magnifiques prélèvements par Inès, Elina, Soren et Nino

Equipés d’une épuisette et d’un seau, nous sommes partis à la mare. Avant de pêcher, on a dû remplir le fond du seau avec de l’eau de la mare.

Nous avons pêché beaucoup de têtards, des larves de dytiques, des tritons. La larve de dytique mange les têtards et presque tout ce qui vit dans la mare parce qu’elle a peu de prédateurs. Elle mange aussi son ou ses frères, c’est une cannibale!

On a encore pêché la nèpe qu’on appelle aussi le scorpion d’eau et la grenouille, la limnée, l’argyronète et plein d’autres…

Ça nous a beaucoup, beaucoup plu de prélever ces animaux.

    

    

Les habitants de la mare par Noémie, Agate, Jules G et Adrien

Mardi 14 mai, nous étions à la Maison de l’Eau et de la Rivière. Nous avons appris des noms d’amphibiens comme les têtards qui sont des larves de grenouilles ou de crapauds, des noms d’insectes aquatiques comme la larve de dytique qu’on appelle aussi les dents de la mare, la nèpe qui est comme un scorpion d’eau, les gerris qui ressemblent à des araignées d’eau, ils ont 4 grandes pattes et 2 petites. Il y a aussi les araignées dolomèdes, les larves d’éphémères qui deviendront des papillons et les larves de demoiselles, de futures libellules. Il y en a encore plein d’autres. Tous ont besoin les uns des autres pour se nourrir. Ils ont aussi besoin des végétaux qui poussent dans la mare et autour de la mare.

    

Nos découvertes par Camille, Cassie, Hugo et Quentin

Dans la mare, les plantes ont 4 grands avantages. Les animaux peuvent s’y cacher, avoir de l’oxygène, pondre et se nourrir grâce aux végétaux aquatiques.

On a aussi vu des animaux étranges comme les larves de dytiques, des larves de libellules, des têtards qui vivent dans la mare.

Solène, notre animatrice nous a raconté une histoire qui s’appelle la balade du triton. Cette histoire nous a permis de comprendre qu’il ne faut jamais barrer le chemin naturel des animaux. Ces chemins s’appellent les corridors écologiques.

    

Les jeux par Alicia, Mayanne, Arthur W et Gabin

Nous avons commencé la journée par jouer à un vrai ou faux sur la nature. Il fallait se placer à gauche si c’était faux et à droite si c’était juste. On a eu tout juste. Après on a fait des prélèvements d’animaux dans la mare avec une épuisette et un seau. Avec les animaux prélevés, on a fait un musée d’animaux aquatiques. On a cherché leurs noms et on a fait la carte d’identité de l’un des animaux.

    

    

A la pause de midi, on a joué dans le ruisseau qui s’appelle l’Eichel.

L’après-midi, en binôme on était un animal de la mare qui demandait un permis d’habitation. Il fallait savoir où on voulait vivre (dans l’eau, à la surface), à côté de qui (ce qu’on voulait manger), loin de quels animaux (loin de nos prédateurs), ce qui nous permettait de respirer. On a présenté notre animal aux copains.

    

On a fini par une sorte d’épervier avec un héron, des grenouilles et des larves de moustiques. Les grenouilles devaient manger les larves de moustiques. Quand elles étaient attrapées par des hérons, elles devenaient hérons. Les larves de moustiques étaient alors trop nombreuses, car il n’y avait plus assez de grenouilles pour les manger. C’est le déséquilibre de la nature.

  

Share Button

Les commentaires sont fermés